Depuis la semaine dernière où les impôts nous ont annoncé une diminution des prélèvements par lettre, pas de courrier pendant 3 jours dans la boîte aux lettres (pour cause de grève ?).
Et puis, tout d’un coup, cachée entre Télérama et une pub pour le Monde Diplo (que je soutiens mais que j’ai trop de mal à lire), une offre d’abonnement à mon nom à « Notre temps, Le magazine pour les jeunes retraités », « le 1er magazine de la retraite », « Le magazine Notre temps dédié aux "seniors" ».
Suit un exemplaire de 12 pages avec, notamment, un article sur l’arthrose, un sur la succession et un autre sur la dépendance.

Non mais oh, ils guettaient mes 40 ans ? Ou alors leur service marketing s’est trompé dans sa requête ? Je suis loin de commencer à compter mes semestres (ou mes trimestres, je sais même pas). Dans ces cas-là, retour de toute la pub dans l’enveloppe T, ils paieront une surtaxe.

Ca me rappelle il y a quelques années où je bossais dans une société spécialisée dans le traitement de commandes et de dons : cette société aidait ses clients (des boîtes de VPC, des associations et des magazines) dans la location et la vente d’adresses. Un vendeur par correspondance, spécialisé dans la lingerie, avait loué un fichier d’adresses de femmes supposées bien portantes pour cibler sa clientèle. Il avait, ni plus ni moins, fait un tri dans les prénoms, ne conservant que ceux censés être portés par des femmes bien en chair. Vu que la société dans laquelle j’étais était composée à 80 % de femmes, je vous raconte pas l’esclandre qu’ont fait certaines quand elles ont découvert leur prénom sur le listing !

PS : et pour la peine, pas de lien vers Notre temps, na !