Prendre l’avion, c’est une promesse que j’ai faite à Timon après mon retour d’Ouganda.

Pourtant, on dit partout que l’avion est responsable de 25% des émissions de CO2.

A voir sur GreenPeace une action originale car « prendre l’avion a dix fois plus d’impact sur le climat que de prendre le train ».

A lire aussi sur CO2 Solidaire, site édité par le GERES : Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités :

« En effectuant deux allers-retours Paris/New York vous émettez autant de CO2 que pour l’ensemble de vos activités sur une année. »

Ce site vous permet par un système de compensation volontaire de prendre en charge les émissions de CO2 dues à vos déplacements. En gros, vous versez une somme qui sera utilisée comme un don, pour cofinancer des projets de développement durable dans des pays en développement.

Par exemple, mon dernier voyage en avion, c’était Paris Kampala (en Ouganda), soit 6 132 km aller/retour, estimé à 2.70 tonnes eq.CO2, soit 65 Euros.

Pour me déculpabiliser, le site me dit, si j’accepte de faire ce don : « Votre compensation « neutralise » l’impact de votre voyage sur l’effet de serre et le changement climatique, puisqu’elle a permis d’économiser du CO2 ! »

Intéressant mais contesté. Pourquoi compenser quand on peut éviter de polluer ? Mais est-on prêt à toujours éviter ?