Un billet spécial pour Rodolphe.

La grande mode ces jours, c’est l’expression :

« Au jour d’’aujourd’hui »

Les avis sont partagés sur le sujet. Beaucoup de personnes jugent l’utilisation de cette expression abusives, notamment :

L’e-manuel du management, le Dico-Blog qui démanage donne comme définition
« Au jour d’aujourd’hui : Date calendaire utilisée comme préalable antérieur à tout énoncé informatif de chiffres numériques qui portent sur l’actualité contemporaine. Exemple : Comme hier, au jour d’aujourd’hui, je ne sais pas à 100% de quoi sera fait la veille d’après-demain. »

Sur L’encyclopédie lapin, « l’encyclopédie lapin qui propose des définitions absurdes, des explications idiotes, des illustrations ironiques et des articles divers », on trouve ceci :
« Expression donnant des informations essentielles sur la personnalité des personnes qui l’emploient.
En général, l’interlocuteur balance "Au jour d’aujourd’hui" en début de phrase, attribuant un caractère d’irrecevabilité aux propos qu’il vient d’entendre. Par simple opposition de principe, il va supposer que son analyse est bien supérieure aux idées habituellement véhiculées.
"Au jour d’aujourd’hui, il n’y a eu aucune mesure politique nouvelle pour renouveler la couche d’ozone." [...]
Si la personne qui écoute est interloquée, ce n’est pas parce que l’information est surprenante, mais plutôt parce que cette expression ne veut rien dire. Il suffit d’ailleurs de remplacer "aujourd’hui" par "hier", ou par "demain", pour s’en rendre compte. »

On trouvait sur les forums de Arrêt sur Images qui n’existent plus un extrait d’un courrier d’un lecteur de TéléObs (Jacques Jamin) qui écrivit ceci en 2003 :
« Depuis un an environ (sic), l’expression "au jour d’aujourd’hui" fait florès, très tendance. Or c’est une tautologie (du grec : tautos, le même, et logos, discours), autrement dit un pléonasme. En effet, l’écriture ancienne "au jour d’hui", en trois mots distincts, rappelle explicitement qu’on est dans le temps présent. »

Enfin dans les avis négatifs, voici le point de vue du Dicomoche Tout ce qui est nécessaire pour écrire et causer moche :
« Si vous voulez avoir du succès dans les salons avec vos arguties savantes et votre vocabulaire recherché, dites hui au lieu d’aujourd’hui. Vour pourrez développer tout ce que Littré écrit à jour, à hui, à aujourd’hui, des pages vous dis-je, en regrettant la disparition de ce petit mot, en pestant contre les redondances dans aujourd’hui (hui signifie jour, au cas où vous n’auriez pas compris), de l’horreur qu’est au jour d’aujourd’hui, de la maladresse infâme que représente à aujourd’hui (deux doublons)... Tout cela avec un mot de trois lettres... qui risque de vous en amener cinq en retour. »

Finalement, les seuls qui soient indulgents et jugent cette tournure non incorrecte (belle litote) sont les sages de l’Académie française dans les Questions courantes de la Langue française :

« Au jour d’aujourd’hui, particulièrement redondant puisque aujourd’hui comporte déjà deux fois l’idée du « jour où nous sommes » (c’est le sens de hui, qui vient du latin hodie), se trouve parfois dans la langue littéraire, chez de fort bons auteurs, et très bien employée, lorsqu’il y a volonté d’insistance, pour bien marquer soit une étroite limite temporelle, soit une immédiate actualité. Ainsi chez Maurice Genevoix : « Une riche plaine bien de chez nous, aussi belle qu’au jour d’aujourd’hui ». On l’emploie souvent avec une nuance de plaisanterie. L’essentiel est de n’en pas abuser, mais en elle-même, cette tournure n’est pas incorrecte. »

Du coup ... mais moi je suis un peu comme Rodolphe, énervé par l’utilisation de cette expression.