Encore un moment de poésie hier. Pour ma dernière journée de boulot avant les vacances (toujours difficiles les derniers jours, il faut finir ce qu’on aurait dû faire depuis des semaines, préparer son absence ou plutôt son retour, histoire de ne pas avoir 70 messages à traiter d’urgence), pour ma dernière journée, donc, j’ai eu l’agréable surprise d’être accueilli à la gare de la Défense par un orchestre classique jouant du Vivaldi. Instant hors du temps et de l’espace. Plusieurs personnes applaudissent (...)